Joux-la Ville, neuf hameaux et une légende - 1ère partie -

Joux-la Ville, neuf hameaux et une légende - 1ère partie - Le finage de Joux-la-Ville compte un peu plus de 4300 hectares.Ce vaste territoire, tout en monts et vallées, est au centre de ses neuf hameaux.

En 1806, 1189 habitants y vivent uniquement du produit de la terre. On comptera même 1304 habitants au recensement de 1826. Mais, l'exode commence après la guerre de 1870, accéléré par la destruction du vignoble par le phylloxéra. En effet, la vigne fait vivre à cette époque plus ou moins directement une grande partie de la population et ce gros bourg compte de nombreux artisans (charpentiers, charrons, bourreliers, cercliers, cordiers, sabotiers) ainsi que divers commerces (épiceries, auberges, cafés, boulangerie...).

Malgré tout, au début du 20ème siècle, la commune aurait pu réussir à se développer si le projet de construction de la ligne de chemin de fer de Paris à Lyon par Auxerre avait vu le jour.

 

Éphémère chef-lieu de canton après la Révolution, Joux s'est très vite retrouvé englobé dans celui de L'Isle-sur- Serein, malgré la barrière naturelle que représente la forêt d'Hervaux. Puis retournement de situation en 2... du fait "des doubles comptes".

Séparées par seulement une douzaine de kilomètres, les deux communes partagent donc depuis longtemps une certaine rivalité administrative ! Et maintenant, imaginez tout de même que vous ayez décidé d'arriver dans le village par la route de l'Isle justement. Après avoir traversé la forêt et enjambé l'autoroute, vous n'avez pas manqué de découvrir le parc éolien. En continuant encore un peu, vous voici à destination.